Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 15:20

Mémoire sur le plaisir de manger.

 

 

Lorsque j’ai commencé ma vie professionnelle ma vision du métier de cuisinier était très simple : Donner de la saveur aux aliments préparés et ce avec goût.

Petit à petit je me suis rendu compte que lorsque l’on parle de manger, on ne pense pas toujours à l’ensemble des sensations qui permettent d’identifier ce que l’on met dans notre bouche. L’aspect, l’odeur, l’arôme, la texture, la saveur, le croquant… Ce sont autant de paramètres qui participent à l’appréciation d’un aliment. Tous nos sens conditionnent les goûts que nous percevons et envoient au cerveau une multitude de messages destinés à nous faire reconnaître ce qui semble bon.
Notre cerveau procède à une évaluation de l’aliment et ce en fonction de son aspect, son odeur, sa texture… Et là, je me rends compte que notre apprentissage alimentaire participe aussi à nos choix 1Quelques fois des convives m’ont dit que je n’arrive pas à reproduire la texture, le goût d’un plat de leur enfance. Jamais je n’ai essayé de rentrer dans ce cercle car il est impossible de se battre contre le souvenir d’une grand-mère, d’une mère…. Nous puisons dans nos souvenirs en quête de références, d’expériences culinaires similaires. Avoir conscience de tous ces signaux qui sont captés par nos sens est une démarche qui ne peut être faite que par nous-mêmes.

Dans cette évolution professionnelle, personnelle, je découvre que manger n'est pas seulement affaire de plaisir, de nutrition ou de bio physiologie mais aussi de croyance, de symboles et de morale. Apprendre à manger est un processus tributaire de nombreux facteurs même si l’hédonisme 2En philosophie, théorie qui ne refuse pas le plaisir et évite la douleur. y occupe une place particulière en raison de la réalité psychosomatique, des questions morales et sociales qu’il soulève. Comment arrivons-nous à ne pas nous perdre dans nos paradoxes alimentaires 3Voir les patologies alimentaires. ?

Un chien, un chat, un animal… englouti chacun de ses repas de la même manière. Le régime de la plupart des mammifères se limite à une catégorie d'aliments d'origine végétale ou animale, souvent même un nombre limité de variétés à l'intérieur de cette catégorie. Alors que nous nous comporterons d'une façon différente lorsque nous nous alimentons. Suivant le contexte social, économique, culturel : une réception, un mariage, des rites d'initiation, des cérémonies funéraires sont généralement suivis de repas. Les règles de l'hospitalité, une tentative de séduction... C'est pratiquement tout l'ensemble des activités humaines qui se trouvent concernées.



« ... J’ai trouvé une définition parfaite de la nature humaine, en tant qu'elle se distingue la nature animale. Un ancien philosophe ; Platon a dit que l'homme était « un animal à deux pattes et sans plume. » sur quoi l'un de ses rivaux en sagesse Diogène Laërte fit complètement plumer un coq et le lui envoya dans son école devant ses disciples en tant : « qu’homme philosophique… » Benjamin Franklin a dit que l’homme était : « un animal qui fait des outils. » Ce qui est très bien ; car aucun autre animal en dehors de l'homme ne fabrique un objet avec l'aide duquel on peut en obtenir un deuxième. Mais cela ne s'applique un petit nombre d'individus de nôtre espèce. Voici ma définition : « l'homme est un animal qui fait la cuisine. Dans une certaine mesure, les bêtes possèdent une mémoire, un jugement et toutes les facultés et les passions qui règnent dans notre esprit ; mais aucune ne fait la cuisine… »

Cette citation est extraite du :
journal of a tour to the Hebrides with Samuel Johnson



J’ai ouvert de nombreuses portes que j’ai du mal à refermer, comprendre, aller plus loin… Tirer une simple ficelle pour trouver une énorme pelote derrière.



« Le mystère initial que comporte tout voyage est le suivant : comment pour commencer, le voyageur a-t’il atteint son point de départ ?

Comment suis-je arrivée à cette fenêtre, à ces murs, à cette cheminée, à cette pièce même ? Comment ce fait il que je me trouve sous ce plafond et sur ce plancher ?

Voila de quoi se lancer dans les conjectures, les arguments pour et contre, la recherche, la supposition, la dialectique ! Je n’arrive guère à m’en souvenir.

A la différence de Livingstone abordant l’Afrique la plus noire, je ne dispose pas de carte, de mappemonde ou de planisphère, de relevé de montagne ou de lac, de sextant ou d’horizon artificiel. Si j’ai jamais eu une boussole, elle a disparu depuis longtemps. Cependant ma présence ici doit pouvoir s’expliquer en termes de raison. Un pas m’a dirigée vers ce point plutôt que vers aucun autre point du globe habitable. Il faut que je réfléchisse ; il faut que je le découvre.  »


Cette citation est extraite du :
Journey around my room de Louise Bogan.


 
J’espère simplement à ceux qui s’aventureront dans ces feuilles que ça leurs donnera envie d’aller plus loin, que j’ouvre des appétits…

Vous pouvez avoir l’impression que j’ai découpé en morceaux nos sens, nos apprentissages, nos croyances ! « Tous les chemins mènent à Rome ! » comme dit le proverbe populaire j’espère simplement que mon approche vous sera agréable.
 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aux plaisirs - dans Mémoire : Le plaisir
commenter cet article

commentaires

Rechercher