Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 22:41

Une pratique alimentaire est un régime alimentaire qui définit la façon dont un animal se nourrit. Si les plantes synthétisent directement leurs nutriments, les animaux sont dépendants d'une ou plusieurs autres espèces pour leur nourriture. Le régime alimentaire, qu'il soit carnivore, herbivore ou autre, a une influence prépondérante sur le comportement des animaux. Il détermine notamment leur statut de prédateur ou de proie dans la chaîne alimentaire. Ils peuvent avoir une pratique alimentaire généraliste omnivore ou plus ou moins spécialisée (carnivore, insectivore, piscivore, etc.) La spécialisation à une source de nourriture donnée, entraîne également l'évolution de diverses structures anatomiques (bouche, dent, estomac, longueur de l'intestin, griffes, ...)


L’anthropophage, le cannibale :

Le cannibalisme, lorsqu'il concerne les humains, est également appelé anthropophagie, cependant, étymologiquement, il existe une nuance. Le mot anthropophagie vient du grec « anthropos » homme et « phagein » manger, il désigne l'acte de manger de la viande humaine en général sans qu'il y ait obligatoirement quelque chose de l'ordre du rite.

 

Quant à cannibalisme, c'est un mot issu d'une confusion. Il vient de « cariba » qui signifie courageux en arawak. Christophe Colomb, en l'entendant, cru reconnaître « caniba, canis ». Il rapprocha ce mot des « cynophales », ces hommes à un seul œil et à museau de chien qui avalaient des êtres humains en une bouchée. C'est ainsi que le terme de « cannibale » est apparu… Prenant en compte tout ce qui touche au rite voire au culinaire. On distingue l'endocannibalisme, qui consiste à manger les membres de son groupe humain, et l'exocannibalisme, qui consiste à manger des membres d'un autre groupe humain.

 

Comment peut on manger son prochain ? Un fou, un barbare… peut trouver son semblable à son goût. Pourtant les peuples anthropophages ne mangent pas un homme au mépris de toutes les règles, cet acte, le cannibalisme s’inscrit au contraire dans une pratique aussi ritualisée que peut l’être un sacrifice religieux.

 

Le cannibale ne consomme pas l’homme pour son goût, ni pour se nourrir (Sauf lors de famine ou contextes de survies…) mais pour accomplir des fonctions symboliques. On ne mange pas n’importe qui et encore moins n’importe comment.

 

Les tribus mangeuses d’hommes sont souvent horrifiées par les autres formes de cannibalismes qui ne correspondent pas à leurs règles ;

  • Les iroquois et les tupinambas du Brésil mangeaient les prisonniers ennemis pour venger leurs propres morts.

  • Les néo-calédoniens comptaient acquérir par ce rituel la force et le courage des guerriers tués.

  • Les Guayaki ne consommaient que leurs propres morts pour maintenir une unité et permettre aux défunts de continuer à vivre dans le corps de leurs proches.

L’endocannibalisme reproduit en général les interdits qui régulent les relations sexuelles. Le père et la mère ne mangent pas les enfants et le contraire aussi, les frères et sœurs ne se consomment pas entre eux.

Entomophage, insectivore :

On réserve le mot entomophage et entomophagie à la consommation d'insectes par l'homme. Les insectes sont des animaux ayant une très vaste distribution terrestre. Ils sont présents presque partout sur le globe. Ils représentent une source de nourriture importante.

Géophage :

La géophagie désigne le fait de manger de la terre. La géophagie associée est l’ingestion de la terre présente sur les végétaux par les herbivores et omnivores (dont les grands singes et les humains).

 

La consommation d’argile pour l’homme est principalement utilisé pour palier à des carences minérales ou en situation de maladie.

Omnivore :

Vient du latin « omnis », tout et « vorare », avaler, manger. Qualifie une espèce qui se nourrit aussi bien d'aliments d'origine végétale que d'aliments d'origine animale. Ils mangent de tout, mais pas n’importe quoi.

Végétalisme :

Se dit des hommes se nourrissant uniquement de végétaux, évitant la consommation de tout produit issu de l'exploitation animale (y compris les œufs, lait, fromage et miel).

Végétarisme :

Se dit des hommes bannissant de leur alimentation la chair des animaux, qu'ils soient terrestres ou marins, ainsi que les produits qui en sont dérivés. La plupart des régimes végétariens contemporains occidentaux incluent le miel ainsi que les œufs, le lait de vache et les autres produits laitiers.

 

Le mot « végétarisme » apparaît au XIXe siècle, auparavant on parlait de diète végétale ou de « pythagorisme ». Le régime végétarien a été prôné par de nombreux courants philosophiques, notamment Hindous (dans le cadre de l'Ahimsa) et Grecs (essentiellement Orphisme et pythagorisme) ainsi que par de nombreux mouvements Chrétiens (Cathare).

Partager cet article

Repost 0
Published by Aux plaisirs - dans Mémoire : Le plaisir
commenter cet article

commentaires

Rechercher