Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2008 7 28 /12 /décembre /2008 15:18

Le comportement du mangeur change selon sa perception sensorielle des aliments et montre que les facteurs qui interviennent sur nos sens sont très nombreux : nos sens, notre éducation ainsi que le contexte social, culturel et géographique…

 

«Vous êtes ce que vous mangez !»

 

Brillat Savarin dans son traité : La physiologie du goût, écrit : «Dis moi ce que tu manges, et je te dirai qui tu es.»

 

Le rapprochement entre le type de diète et des traits de caractère, de comportement ont toujours existés.

 

La Bhagavad Gita, texte sacré hindou, affirme que les aliments sont appropriés à certains tempéraments, idée que l’on retrouve également dans la Grèce ancienne, idée qui sera transmise un peu partout dans le monde par l’intermédiaire de la médecine Arabe.


Ce rapprochement entre la nourriture et le comportement humain sert à renforcer les idées reçues qui courent sur des nations :

 

Ô    «Raffinement» français et cuisine élaborée… 

Ô    «Flegme» britannique et manque d’imagination culinaire… 

Ô    «Impassibilité» allemande et lourdeur de l’alimentation… 

Ô    «Versalité» italienne et volume de vin ingurgité…

 

Caricature ? Un anthropologue au fait des coutumes alimentaires d’un groupe social en sait déjà beaucoup sur lui. Comment il se procure les aliments, qui les prépare, comment il les consomme, apporte une masse considérable d’informations sur le fonctionnement d’une société.

 

L’évolution du comportement humain s’est fait par interaction entre les comportements alimentaires et les institutions «culturelles» ce comportement influence l’anatomie, la physiologie et l’évolution de l’organisme de l’homme. Manger est indissociablement lié au comportement et à la biologie humaine, ainsi qu’aux procédés adaptatifs employés par l’homme en fonction de ses conditions d’existence sur notre planète.

 

Les caractéristiques culturelles, les institutions sociales, les histoires nationales, les attitudes individuelles peuvent être comprises si elles sont reliées aux différentes coutumes alimentaires et à leurs particularités.

 

Dans nos sociétés, l’établissement et le maintien des relations humaines passent par le partage de la nourriture. Le terme «compagnon» vient du latin signifiant : «Partager le pain avec quelqu’un». Boire et manger sont des actes chargés de sens et d’émotions qui se trouvent souvent liés à des événements n’ayant rien à voir avec le besoin de se nourrir. La qualité des aliments et la façon dont ils sont présentés véhiculent un message d’une grande subtilité bien plus important que ce qui peut être consciemment dit. Le repas permet de souligner l’importance donnée à une relation, qu’elle soit d’affaire, intime, familiale, religieuse… le repas est aussi un moyen de punition comme l’enfant privé de repas, de dessert.

 

Le simple fait de s’asseoir à une table pour manger ensemble (suivant sa place aussi) peut révéler quelque chose d’important.

 

Exemple : Aux Etats unis dans les années 1950, des mouvements pour les droits civiques des noirs ont été déclenchés dans le Sud à la suite d’une querelle portant sur leurs droits ; non seulement de manger au comptoir debouts à coté des Blancs, mais également pour être assis à la même table qu’eux.




Partager cet article

Repost 0
Published by Aux plaisirs - dans Symboliques !
commenter cet article

commentaires

Rechercher