Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 décembre 2008 3 24 /12 /décembre /2008 00:39

Le «goût» est multi sensoriel, il faut appliquer les mécanismes intégrant les différentes sensations et la transformation de toutes ces informations en une perception. L’intervention du facteur mémoire conduit à envisager un apprentissage tenant compte des états physiologiques de la croissance, du développement personnel, allant de la naissance jusqu’à un âge avancé, ainsi que des besoins diététiques et du plaisir apporté par différents aliments.
Nos préférences ou réponses de palatabilité 1Caractère d'un aliment palatable, agréable au goût. , basées sur les perceptions de saveurs, présentes dès la naissance, l'attirance pour les solutions sucrées et pour les solutions isotoniques 2En physiologie, se dit d'un sérum qui a la même concentration moléculaire que le plasma sanguin. du NaCl 3Chlorure de sodium, le sel de table. avec l'aversion pour les solutions amères 4Les aliments donnant ce message sont généralement toxiques., marquent une préadaptation congénitale de ces réponses à la régulation des appétits caloriques et spécifiques. Ces réponses sont ultérieurement modifiées et réajustées dans l’apprentissage ou conditionnements alimentaires.

 

Subjectivement, chez l'homme, ces attirances et aversions pour les goûts et arômes alimentaires sont corrélatives de plaisir et de déplaisir. 

  

Envisagée du point de vue phylogénétique 5Qui concerne la phylogenèse, science étudiant la formation et le développement des espèces animales et végétales., la sensation gustative est une modalité sensorielle archaïque. Son rôle comme «guide de vie» est différent selon les espèces ; il est relativement restreint chez l'homme. Universelle et exercée quotidiennement, cette sensation comporte pourtant certaines caractéristiques.

 

  • En premier lieu, une modalité sensorielle relativement pauvre, car elle ne comporte que quatre saveurs de base : salé, sucré, acide et amer. Il existerait une cinquième classe sapide, qui a été mise en évidence par des travaux physiologiques, mais dont la perception serait assez aléatoire au niveau individuel. 

  • Deuxièmement, si la sensation gustative est déjà fonctionnelle in utero, elle nécessite toutefois, par la suite, un véritable apprentissage, lié en partie à la maturation même du système nerveux central. D'après les physiologistes, cet apprentissage est nécessaire afin de déterminer, au niveau individuel, autant les aspects qualitatifs que la magnitude sensorielle perçue. 

  • Enfin, il convient de souligner que si la sensation gustative joue, comme toute modalité sensorielle, un rôle d'information quant au monde environnant, elle possède, en plus, une autre qualité… le retentissement affectif de l'information. Toute stimulation dans ce domaine déclenche, simultanément, l'identification du stimulus et une réaction émotionnelle à son égard. Cette réaction émotionnelle primaire, non apprise, se situe sur un continuum bipolaire, allant de l'agréable au désagréable et joue, très probablement, un rôle non négligeable dans les apprentissages ultérieurs.




Partager cet article

Repost 0
Published by Aux plaisirs - dans Mémoire : Le plaisir
commenter cet article

commentaires

Rechercher