Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 19:25

Galien (médecin Grec vers 200 ans), baptise l'ail la « thériaque des paysans », la thériaque étant considérée dans l'ancienne médecine comme une panacée.

L'ail est présent également dans la culture musulmane. Il est conseillé par Mahomet (570-632) ce qui lui permit d'être un habitué des tables des califes de Bagdad. Les vertus incroyables de l'ail, lui valent une origine démoniaque : selon les croyances islamiques, l'ail aurait jailli de l'empreinte du pied gauche laissée par Satan lorsqu'il quitta le jardin d'Eden (du pied droit l’oignon).

Cependant, les effluves de l'ail n'étant pas au goût de tous, l'entrée des fidèles qui viennent d'en consommer est interdite dans les lieux de prières.

 

En France, Charlemagne en recommande la culture dans ses capitulaires : Les moines du Moyen âge le font pousser en abondance dans les jardins de leurs couvents. Il est aussi l'antidote des buveurs qui pour prévenir l'ivresse en font macérer quelques gousses dans les énormes brocs qu'ils lampent ou en frictionnent vigoureusement leur pain.

 

Détail : Les Très riches Heures du duc de Berry Octobre.

 

On dit que le grand-père de Henri IV, n'eut rien de plus pressé, des la naissance du futur roi de France, que de lui frotter les lèvres avec une gousse d'ail avant de les enduire de quelques gouttes de Jurançon, un vin blanc du Béarn parfumé et liquoreux. Le vieillard satisfaisait ainsi à une très vieille coutume destinée à protéger le nouveau-né contre les mauvais esprits.

 

Portrait de Gabrielle d’Estrées et de sa soeur la duchesse de Villars, réalisé vers 1594.
L’artiste qui à peint ce tableau est inconnu, Gabrielle d’Estrées (1571-1599) à droite était la favorite du roi Henri IV.

 


De plus, le « vert galant » n'omettait jamais chaque matin de manger une gousse d'ail, afin d'honorer comme il se doit ses nombreuses conquêtes féminines. Cet engouement pour l'ail lui valut de la part de ses proches, de le décrire comme ayant « une haleine à terrasser un bœuf à vingt pas ».

 

Les masques à long bec des médecins du Moyen âge étaient remplis d'ail, ce qui les protégeaient des effluves microbiens lors des épidémies. Au XVIème siècle Ambroise Paré et le médecin alchimiste Paracelse faisaient de l'ail le spécifique de la peste. Les médecins de l'école de Salerne préconisaient l'ail comme antidote aux venins. L'ail restera jusqu'au siècle dernier dans les campagnes le remède universel.

 

Les célèbres mousquetaires du Roi, au XVII-XVIIIème siècle, influencés par la cuisine de leur Gascogne natale, accommodaient chacun de leur plat d'ail. Dans les auberges, ils réclamaient ainsi de l'ail pour accompagner chaque repas.

 

En 1762 lors de la peste de Marseille 4 voleurs dévalisèrent les demeures, immunisés grâce à une boisson à base d'ail. Arrêtés et condamnés à mort, ils eurent la vie sauve enrévélant la recette de leur élixir. Cette boisson est depuis connue comme le vinaigre des 4 voleurs et, est utilisée comme antiseptique.

 

Recette du vinaigre des 4 voleurs :

 

Plante d'absinthe :
20 g
Feuilles de romarin :  
20 g
Feuilles de sauge : 
20 g
Feuilles de menthe : 20 g
Fleurs de lavande : 20 g
Racines de calamus :
3 g
Ecorce de cannelle :
3 g
Clous de girofle :
3 g
Noix de muscade :
3 g
Ail : 
3 g
Camphre :
5 g
Vinaigre blanc :    
1,5 L
 
Peste montage avec masque.

 

Faire macérer les plantes dans le vinaigre pendant 10 jours. Filtrer, ajouter le camphre. Antiseptique, le vinaigre des quatre voleurs s'utilise en friction du corps pur ou dilué dans de l'eau. Il calme les démangeaisons, lutte contre les boutons du visage et du corps. A titre préventif; il s'utilise en rinçage des cheveux pour les faire briller mais aussi pour éviter la venue des poux.


D'anciennes superstitions de marins veulent que l'ail éloigne la malchance, les tempêtes et les monstres marins : c'est pourquoi on ne devrait jamais manquer d'en avoir à bord…
 

Enfin, aux halles au XIXème siècle à Paris, les marchands d'ails et de légumes, portaient le même tricot pratique : un chandail, nom qui a perdu la première syllabe mur de marchand d'ail. Le chandail a revêtu les marins et fait le tour du monde.




Partager cet article

Repost 0
Published by Aux plaisirs - dans Mémoire : L'ail
commenter cet article

commentaires

Rechercher