Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 15:05

« Papa un cordon bleu s’il te plait ! ».

Cette demande m’a toujours fait bondir.

 

Savoir l’origine des choses n’est pas toujours facile à faire « avaler » l’évolution d’un plat. Enfin la cuisine est un art dynamique...

 

Un « Cordon bleu » était, sous l'ancien Régime le surnom donné à un chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit. Cet Ordre était la plus illustre des décorations de la Monarchie. Institué en 1578 par Henri III pendant les guerres de Religion afin de regrouper les principaux chefs du parti catholique contre les protestants, les chevaliers de cet ordre portaient comme insigne une croix de Malte suspendue à un large ruban de couleur moirée bleu ciel.

 

Aboli à la Révolution, le cordon bleu constitua pendant deux siècles la distinction suprême dans l'aristocratie française, quelque chose comme les plus hauts grades de l'actuelle Légion d'honneur, qui n'a fait d'ailleurs que lui succéder.

 

Pourquoi relier le Cordon bleu aux personnes qui font bien la cuisine ?

Certains seigneurs de haut parage, tous dignitaires du Saint-Esprit et porteurs de l'ordre du cordon, avaient pris l'habitude de se réunir en une sorte de club gourmand pour cultiver l'art du « bien boire et du bien manger ».

 

Leurs déjeuners devinrent célèbres et l'on employa un temps l'expression :

« Faire un repas de cordons bleus ». Façon de parler qui a passé des gourmands tombés dans l'oubli aux préparateurs des plats eux-mêmes, tous cuisiniers et cuisinières de haute volée.

 

Pour l’histoire et pour le plat !

Avez-vous des idées ?

Qu’est un cordon bleu à l’origine, de quoi se compose t’il ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rechercher