Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 18:16

Les plantes aromatiques sont des atouts essentiels pour donner de la saveur à vos plats. Cependant, certaines d’entre elles sont à consommer « avec précaution ».

 

Certaines plantes aromatiques, consommées en quantité excessives, sont nuisibles à l’homme.

 

Fais-moi peur…

 

- La noix de muscade (Myristica fragrans) par exemple est mortelle lorsqu’elle n’est pas râpée et ingérée dans sa totalité. Consommée en grande quantité, (5 à 20 grammes) elle devient cancérigène et touche les cellules du foie.

Un composant la myristicine est une molécule présente dans certaines huiles essentielles, le 5-allyl-1-méthoxy-2,3-méthylènedioxybenzène, présent dans la noix de muscade et dans une moindre mesure dans d'autres plantes aromatiques telles le persil, l'aneth et la carotte.

 

On présume que la myristicine serait responsable des effets psychotropes de la noix de muscade. Les gardiens de prison aux États-Unis se sont rendu compte que les prisonniers se droguaient en mangeant les noix de muscade. La myristicine a un effet analogue à celui des amphétamines.

 

- L’estragon (Artemisia dracunculus L.) Contient de l’estragole comme d’autres plantes (basilic, anis et fenouil…) Ce composant chimique peut toucher le foie et induire des cancers. L’estragole est en effet un carcinogène génotoxique (qui induit des altérations du gène).

 

Pour les rongeurs, l’estragole devient toxique à partir de 2 grammes par kg. Chez l’homme, Philippe Verger1 a calculé que pour provoquer des lésions du foie, il faudrait ingérer 100 kg d’estragon ou 200 grammes d’huiles essentielles. Cette dose vous semble loin de votre consommation habituelle

 

Philippe Verger déconseille donc la consommation directe d’huile essentielle d’estragon ainsi que des autres plantes associées (basilic, fenouil, anis...) et insiste pour que les doses industrielles soient revues à la baisse, de la même manière que le sel ou les graisses saturées.

 

- Le laurier (Laurus nobilis) planté dans nos jardins peut être bien différents les uns des autres et appartenir à des espèces botaniques bien distinctes. Il est recensé une dizaine de plantes portant le nom de « laurier » comme :

Le laurier rose (Nerium oleander) souvent confondu à cause de la forme de ses feuilles avec le laurier sauce utilisé en cuisine.

Le Laurier cerise (Prunus laurocerasus) présent de façon importante dans les haies de nos jardins et enfin

Le Laurier des bois (Daphne laureola) gentil espèces pouvant être ornementales ou présentes en haies également.  

 

Je connais un médecin qui a voulu faire une tisane de laurier pour sa famille en Argentine et… Pompier, hôpital pour tout le monde sauf lui car il ne bois pas de tisane. Imaginez la mise en bouteille ?

« Tu voulais te débarrasser de ta famille en une seule fois ! »

 

Mais comme à chaque fois, tout dépend de la dose ingérée.

 

 

1 Philippe Verger est directeur de recherche à l’INRA

Partager cet article

Repost 0
Published by Blasons - dans Techniques
commenter cet article

commentaires

Rechercher