Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 17:51

Ces trois groupes sont complémentaires.

Les prêtes et les moines prient pour le salut de l'âme de leurs frères chrétiens, les guerriers, les nobles protègent la société et les travailleurs de la terre qui eux ont pour rôle de nourrir tout le monde.

Dès cette époque émergent une norme alimentaire fondamentale, il faut manger selon sa qualité... C'est-à-dire selon le groupe social auquel on appartient.

 

Tout d'abord par la quantité de nourriture consommée. Le noble doit manger plus que les paysans, les moines au contraire faire preuve de grande frugalité. La distinction porte ensuite sur le type et la qualité des aliments ingérés.

La viande est quasiment aristocratique par excellence tandis que les légumes et les légumineux sont réservés aux paysans. Le mode de préparation culinaire différé également ; les puissants privilégient le rôti et le grillé, alors que les bouillies caractéristiques l'alimentation paysanne.

 

Tout écart à ces normes... Comme le fait de se régaler de mets plus raffinés que ce qu'autorise son rang social, constitue un péché de bouche être montré du doigt, voir sanctionné.

Chaque modèle alimentaire présente toutefois des variantes en fonction de l'activité du mangeur, le travailleur physique intense, le voyage de longue durée, l'intégration dans une armée, de son Age, de son sexe.

Concernant le dernier critère est clairement établi que la femmes doit toujours manger moins que son conjoint y compris dans des situations où la nourriture manque où est volontairement limitée comme par exemple période carême.

Il de même pour le vin afin d'éviter que grisée par l'enivrant breuvage la femme entraîne ses congénères masculins dans des excès ? Son verre est coupé d'un plus grand volume d'eau.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

cerise 28/03/2010 14:21


ha...voilà pourquoi les hommes étaient gras et laids et les femmes minces et belles....pour la base, y a pas que çà! Cerise


Blasons 29/03/2010 18:56



Sourire.
Pas tous gras et laids, il y a la même proportion de laids que maintenant.


Pour les gros nous sommes plus "forts" qu'au Moyen Âge.
La base, je voulais dire que les paysannes, les paysans sont notre base... Ces inconnus méconnus voir ignorés, dédaignés... Sont la véritable origine de ce que nous sommes.



Laure 13/03/2010 18:42


Pauvres paysannes, sourire.

J'aime bien venir en ces lieux enrichir mes connaissances. Merci à vous Blasons.


Blasons 14/03/2010 08:36


Pourtant c'est eux, elles qui sont nos bases.


Rechercher