Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 19:55

Quelle diffèrence ?

Sur les étiquettes des produits commercialisés deux indications se distinguent : Arômes et Arômes naturels !


Arômes naturels : signifie que les molécules arômatisantes ont été extraites par des procédés physiques, enzymatiques ou microbiologiques de matières premieres d'origines végétales ou animale.


Exemple la vanille : Elle peut provenir d'une gousse de vanille, d'une moisissure (pardon champignon du nom de Trichoderma viride1 ) ou du son (enveloppe) du riz.


Arômes : Recouvre tout le reste, c'est à dire les môlecules obtenues par la chimie organique. On y trouve, d'une part des molécules strictement identiques à celle que l'on trouve dans la nature mais qui sont synthétisées chimiquement et d'autre part des molécules artificielles encore jamais rencontrées dans la natures.

Exemple : Si je reste sur la vanille, (la vanilline 2,6-Diméthylpyrazinz C6H8N2 son petit nom chimique). On peut en faire à partir du charbon, pour la parfumerie mais si elle arrive dans l'alimentaire ?


Bref... « Même pas peur ! » Je ne souhaite pas créer une psychose, je désire simplement que vous lisiez les étiquettes et que vous sachiez que « naturel » englobe des choses plus complexes que ce que « naturellement... » naturel veut dire pour nous.

1) C'est une espèce de champignon cosmopolite très répandue (extrême nord, zones alpines, régions tropicales) et très résistante.

Repost 0
Published by Blasons - dans Promenons nous
commenter cet article
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 19:47

L'ail a toujours été considéré comme un tonique et un excellent remède pour renforcer l'immunité des animaux. C'est un médicament préconisé contre les maladies qui nécessitent d'épurer le sang et d'expulser les mucosités. On l'utilise aussi comme vermifuge.

 

L'ail est également un antiseptique naturel qui peut être appliqué sur les plaies et les blessures pour les désinfecter.

Partout dans le monde on a donné et on donne encore, de l'ail aux animaux domestiques. Pour le bétail et les chevaux, il est coupé puis mélangé au son et à la mélasse. On donne aux chiens des biscuits spéciaux parfumés à l'ail.

 

L'ail est réputé améliorer les performances des taureaux et des étalons, et rendre les coqs de combat plus agressifs. Les marchands de chevaux d'Europe Centrale utilisaient pour les vieux canassons des gousses d'ails qu'ils glissaient une fois épluchées dans le derrière de l'animal, ce qui donnait à la bête l'allure d'un fier destrier...

 

Pour les animaux laitiers le problème consiste à éviter que l'arôme de l'ail ne se retrouve dans le lait. Pour cela il faut le donner au bétail juste avant la 1° traite pour qu'il ait le temps de quitter le flux sanguin avant la traite suivante. Le lait ne sera ainsi pas parfumé.



Repost 0
Published by Blasons - dans Mémoire : L'ail
commenter cet article
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 19:40

Sorcière grand-mère, mère ou jeune épouse, les femmes ont toujours su le pouvoir des plantes. L’ail représente une vraie aubaine pour toutes celles qui supportaient mal de voir souffrir un enfant, un père ou un mari et trouvait grâce à la plante, le moyen de soulager les maux les plus courants.

Les mérites des « remèdes de bonnes femmes » ne sont pas prouvés, certaines de ces recettes sont même très « farfelues » pourtant ces soupes, ces tisanes, ces onguents… témoignent de la complexité permanentes entretenue avec l’ail au sein des chaumières. Ces potions de grands mères sont pour la pluparts inoffensives mais attention aux estomacs fragiles.

« Le gaillard ne vieillit pas, il se soigne toujours comme sa mère le soignait. Des clous rouilles dans des verres d'eau pour avoir du fer en lui ; il en avale quelques gorgées chaque jour. De l'ail, tu as du d'ailleurs le sentir, même en usage externe : à la moindre glande, la moindre angine, il s'en frictionne la peau » Louis Mutera : Chemin de la lanterne édition Grasset 1981.

 


Voici quelques recettes :

Bronchites, grippes : Préparer la fameuse ;

Aillé blanche, qui n'est autre que la soupe à l'ail. « Prends des amandes bien mondées (pelée) et pile les et quand elles seront à moitié pilées, mets dedans la quantité d'aulx que tu voudras, et tu pileras le tout ensemble en y jetant un peu d'eau fraîche pour ne pas faire d'huile. Puis tu prendras de la mie de pain blanc et tu la mouilleras dans du bouillon de viande dégraissé ou du fumet de poisson et tu pourras servir cette aillée en toute saison, en gras comme en maigre, comme il te plaira. »

Aillée violette ; « Tu suivras l'ordre de la recette précédente, excepté qu'il n'est besoin de mettre du bouillon. Mais tu prendras du raisin noir et avec les mains tu le presseras bien dans une marmite et le feras bouillir pendant une demi-heure. Puis tu passeras ce moût avec lequel tu détremperas l'aillée. Et la même chose peu se faire avec des cerises. Cette aillée peut se donner en temps de chair ou de poisson ».

Au XVIIIe siècle, cette aillée, fidèle aux recettes ci-dessus sera fort salutaire en hiver contre les bronchites et la grippe, Ainsi que tous les maux des poumons.

Brûlures : Appliqué à l'endroit meurtri du suc d'ail mélangé à l'huile de noix plusieurs fois par jour.

Coqueluche : Glisser des gousses d'ails dans les chaussettes d'un enfant pour le calmer des quintes de toux.

Douleur dentaire : Il faut placer dit-on, un petit morceau d'ail dans le creux de la dent malade. Ou bien mélangé de l'ail avec du beurre frais et appliquer sur la carie.

Extinction de voix : II est recommandé de manger une gousse crue quatre à cinq fois par jour.

Fortifiant : Dans certaines régions (le midi particulièrement) on utilise l'ail en suppositoire pour fortifier les enfants.

Incontinence : Faire cuire de l'ail et de l'oignon avec de l'huile d'olive et appliquer une fois refroidis sur la région du pubis.

Jaunisse et hépatite : Se protéger en portant un collier de treize gousses d'ail pendant treize jours. Le dernier jour, rendez-vous à un carrefour, enlever le collier et jeter le derrière vous. Partir en courant, sans vous retourner.

Mal de dos : Masser le dos le long de la colonne vertébrale avec un onguent composé d'un tiers d'ail et de deux tiers d'huile camphrée.

Maladie en général : Pour libérer le corps de la maladie, frotter une gousse d'ail incisée sur la partie infectée et jeter la gousse dans l'eau courante.

Ménopause : Pour les troubles congestifs de la ménopause, prendre deux cuillerées chaque jour de ce mélange.

Otite : Pour les maux d'oreilles et pour prévenir d'une otite, frotter d'ail le pourtour de l'oreille ou introduire dedans une gousse d'ail (à éviter trop dangereux) que vous aurez ainsi préparé : Hacher une gousse d'ai cru, étaler sur une bande de gaze, puis l'enrouler sur un bâtonnet en prenant soin de le laisser dépasser afin de le retirer facilement.

Piqûre d'insecte : Eplucher une gousse d'ail, couper la en deux et frotter sur la partie douloureuse.

Poux et lentes : Mélanger du suc d'ail à du vinaigre puis appliquer sur la chevelure, laisser poser quelques minutes, puis rincer abondamment.

Vitalité : Porter une tête d'ail autour du cou pour profiter de la vitalité qu'il procure comme le faisaient les athlètes grecs et les soldats romains.

Préparation à un accouchement : Dans le papyrus Ebers on peut lire : « qu'une femme doit appliquer de la menthe sur son postérieur nu » ou prendre alternativement « du fenouil, de l'encens (oliban), de l'ail, du sel, frais des excréments de guêpes. En faire une boulette et la placer dans son vagin ».

Rougeole : Pour soigner cette maladie, prendre un morceau de lin tissé à la main et déchirer le en neuf morceaux. Saupoudrer les bandelettes avec de la poudre d'ail issue de neuf gousses. Enrouler les bandelettes autour du malade et laisser le ainsi pendant neuf jours. Enterrer le lin dans le jardin et pendant que le tissu pourrit le malade guérira.

Vinaigre d'ail : Râper 30 g d'ail, laisser macérer pendant 10 jours dans 1 litre de vinaigre. Puis filtrer. Pour la désinfection des plaies et des ulcères.

Confiture d'ail : Eplucher et râper deux têtes d'ails, les mélanger avec de l'eau et quatre cuillerées à soupe de miel liquide. Bien boucher.



Repost 0
Published by Blasons - dans Mémoire : L'ail
commenter cet article
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 19:25

 Ils rétablissent l'équilibre et l'harmonie émotionnelle de l'individu. Présentés sous forme de liquide, on les prend par voie orale, à raison (la plupart du temps) de quatre gouttes ,quatre fois par jours, diluées dans de l'eau, pendant au moins trois semaines (pour un traitement de fond). Dans la gamme des élixirs de Bach on peut mélanger jusqu'à sept élixirs différents.

 

Leur découverte est due à un homme plein de génie, un médecin anglais (Dr Edouard Bach 1886-1936). C'est dans la fin des années 30 que le Dr Bach fit don au monde entier de sa méthode et de ses trente huit fleurs. Chaque fleur correspondant à un état émotionnel bien précis. Sa méthode de préparation est simple, elle est à la portée de chacun désireux de se reconnecter à la nature. Il existe deux méthodes de préparations.

 

Méthode de solarisation : Prendre un récipient de verre fin et le remplir d'eau de source Cueillir les fleurs et les déposer délicatement sur l'eau, pour en recouvrir la surface. Laisser le bol au soleil trois à quatre heures, moins si les fleurs commencent à montrer des signes de flétrissements. Par un procédé d'alchimie naturelle, l'énergie qui se trouve dans la fleur est transmise à l'eau. Puis enlever les fleurs et verser l'eau dans une bouteille en verre fumé que vous remplirez à moitié. Compléter avec du Brandy pour conserver le remède puis dynamiser en agitant le flacon. On obtient ainsi une bouteille d'élixir mère. De cette première bouteille on prélèvera deux gouttes que l'on remettra dans une deuxième bouteille remplie de brandy et qui servira à se traiter.

 

Méthode de l'ébullition : Elle consiste à faire bouillir les espèces (bourgeons, rameaux) une demi-heure dans une eau de source, filtrer et laisser refroidir, puis remplir à moitié et compléter la bouteille avec du Brandy comme la méthode ci-dessus pour assurer une bonne conservation. Une préparation de qualité exige une attention soigneuse à la pureté de l'environnement, la vigueur de la floraison et de la qualité vibratoire, ainsi qu'aux conditions météorologiques.

 

L'élixir d'ail ne fait pas partie de la gamme Bach vous le retrouverez dans la gamme des élixirs d'Amérique du Nord (Flower Essence Society F.E.S) sous le nom de « garlic » ou bien en France à Autran (dans la gamme Deva). Qu'il vienne de Californie ou de France l'élixir d'ail agit sur les peurs.

 

Elixir : Garlic (Ail) Allium sativum (fleur violette).

Profil du déséquilibre : Peureux, faible, facilement influençable, enclin à peu de vitalité, « garlic » s'adresse aux multiples formes de peurs nerveuses, d'angoisses, d'insécurités, qui paralysent la volonté et qui épuisent les forces vitales.

 

Profil d'équilibre : L'élixir d'ail, possède une vertu stimulante et purificatrice ses qualités majeures sont la force et la vitalité qui favorise la libération des peurs et des anxiétés.



Repost 0
Published by Blasons - dans Mémoire : L'ail
commenter cet article
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 19:14

L'Aromathérapie utilise à des fins médicales les essences (nom utilisés que pour les agrumes), ou huiles essentielles des plantes. Cette médecine y recourt dans le traitement préventif ou curatif des infections microbiennes ou virales.

 

Elle reconnaît à l'huile essentielle d'ail ses qualités apéritives, d'excitant gustatif, d'anti-infectieux, respiratoire ou intestinal, avec des propriétés anthelminthique. Efficace dans les traitements des affections circulatoires où elle agit comme vasodilatateur sur les artérioles et les capillaires, comme hypotenseur et anti scléreux, hypoviscosant, régulateur de la circulation veineuse et produisant des modifications favorables du rythme et des contractions cardiaques.

 

A l'extérieure son haut pouvoir antiseptique et ses qualités bactériostatiques et bactéricides, en font une huile essentielle qui peut être employée dans les soins des plaies infectées, où elle se montre active pour réaliser la stérilisation et favoriser la cicatrisation des tissus.

Le facteur antiseptique de l'huile est l’allicine, active au 1/100.000e contre différentes bactéries Gram positif et Gram négatif. Malheureusement son odeur rend l'utilisation de l'ail en huile essentielle très délicate.

L'huile essentielle d'ail : Est un liquide obtenu par distillation des gousses fraîches entières. Sa couleur est jaune, son odeur est acre et violente. L'essence d'ail est principalement constituée par l'oxyde de disulfure d'allyle instable qui engendre le disulfure d'allyle, ainsi que des fructosanes et sesquiterpène. Densité de 1,046 à 1,057. Il faut, environ 2 tonnes de bulbes pour obtenir 1 kg d'huile essentielle d'ail.



 

Un peu de chimie... 
 

L’allicine (60 %) : Formule semi-développée: H2C=CH-CH2-SO-S-CH2-CH=CH2

C’est le principe odorant et antibactérien de l’ail, il est obtenu par réaction enzymatique de l’alliine, molécule sans odeur notable (0,7% de l’ail) qui se combine avec une enzyme (allinase) pour produire le facteur allicine.

L’allicine se retrouve uniquement dans l’ail cru fraîchement coupé ou broyé.

 

L'alliine (ou sulfoxyde d’allylcystéine) : Formule semi développée : H2=CH-CH2-SO-CH2-CH (NH2)-COOH

Présente dans le bulbe d’ail intact, cette substance végétale neutre dénommée alliine est pratiquement dépourvue d’odeur. Mais dès qu’on coupe ou qu’on écrase une gousse d’ail, une odeur puissante apparaît : en effet, lors de la contusion des cellules végétales, une enzyme spécifique de l’ail, l’allinase, est mise au contact de l’alliine. Cette dernière est alors décomposée en acide pyruvique et en allicine, qui est la substance très odorante de la gousse d’ail coupée ou broyée.

 

Lors du chauffage, l’allicine se transforme à son tour et donne de nouveaux composés soufrés dont le mélange est parfois appelé « essence d’ail ». L’allicine peut également donner naissance à une substance nouvellement décrite, nommée « ajoène E ». L’allicine inhibe les enzymes présentes chez certaines bactéries, champignons et parasites, et donne à l’ail ses qualités microbiennes et antioxydants.

 

Trisulfides divers (20 %) : améliore les fonctions du foie et a des propriétés antibactériennes et antifongiques.

 

Ajoène et polysulfides mineurs : L'ajoène est un dérivé de l'allicine, la substance odorante de l'ail. Ce composant de l'ail peut bloquer la coagulation du sang en empêchant la formation de caillots.

Il agit sur les plaquettes sanguines (des minuscules éléments du sang) en empêchant leur agrégation.

Les expériences faites avec l'ajoène ont prouvé qu'il s'agissait d'un facteur antithrombotique, Certains polysulfides ont des propriétés antiplaquettaires.

 

Ces substances soufrées limitent la tolérance de l’ail chez les personnes ayant un système digestif fragile, et sont responsables des effluves alliacées après consommation. Ils servent aussi à la plante à se protéger contre les agressions des herbivores.



Repost 0
Published by Blasons - dans Mémoire : L'ail
commenter cet article
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 19:03

A l'opposé de la médecine allopathique représentée par Galien et fondée sur la loi des contraires, l'homéopathie, mise à l'honneur par Samuel Hahnemann est fondée sur «la loi de similitude» ; toute substance qui provoque chez un sujet sain l'apparition de symptômes est capable de guérir ces symptômes et la maladie qui en découle.

 

Il existe différents procédés de confection des remèdes homéopathiques mais les plus usités portent le nom de dilutions Hahnemaniennes.

 

Les dilutions que l'on trouve aujourd'hui sont élaborées à partir d'une teinture mère. L'ail par exemple, macéré dans de l'alcool va former une teinture mère que l'on mélangera à 9 ou 99 ml d'un solvant constitué d'eau et d'alcool afin d'obtenir une dilution décimale ou centésimale. Le flacon une fois secoué, on prélèvera 1 ml de ce mélange auquel on incorporera 9 ou 99 ml de solvant dans un autre flacon à nouveau secoué et ainsi de suite... Le premier flacon contiendra une dilution d'Allium sativum 1D ou 1 CH première décimale ou première centésimale. Les remèdes sont désignés par le nom latin de leur principe actif, suivi du numéro de leur dilution.

Les remèdes homéopathiques se présentent sous forme de granules d'Allium sative 3 CH, 4 CH, 5 CH, etc., jusqu'à 30 CH, à prendre une à trois fois par jour, une fois par semaine ou une fois par mois, selon les dilutions et le caractère de la maladie (cas aigus ou chronique). Le nombre de granules est souvent en fonction de la dilution, il varie de deux à huit granules, mais peu aussi consister en une dose à prendre une seule fois. Les remèdes homéopathiques sont fragiles, il ne faut pas les toucher avec les doigts et il vaut mieux les éloigner de toute odeur violente (camphre, éther) ainsi qu'on doit éviter de consommer du café.


- En 4CH : Brûlures d'estomac, éructations, digestion difficile par excès de nourriture ou forte consommation de viande ou de graisse.


- En 7CH. : Palpitations cardiaques dues à des désordres gastriques, douleur de pression à l'épigastre ou à l'intestin, pour la toux bronchitique chronique ainsi que les catarrheux.


- En 9 CH. : Allium sativum est recommandé aux hypotendus et aux convalescents qui souffrent de maux de tête.

 

REMARQUES : Allium sativum est efficace dans le soulagement de nombreux maux, mais il ne faut pas le confondre avec Allium cepa, grand remède du coryza, qui est tiré de l'oignon.



Repost 0
Published by Blasons - dans Mémoire : L'ail
commenter cet article
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 18:43

« L'homme dit-on creuse sa tombe avec ses dents. Quelques connaissances des règles de base de l'alimentation lui permettraient souvent de lutter contre cette fâcheuse tendance ». On peut lire ces mots dans l'introduction du Dictionnaire pratique de diététique et de nutrition.

La diététique est une discipline qui a pour domaine l'application concrète à un individu des connaissances fondamentales de la nutrition et notamment l'établissement d'un régime alimentaire conforme à son état physiologique et à ses dépenses métaboliques. A tort, la diététique est fréquemment prise dans un sens thérapeutique se traduisant par des interdits alimentaires... En réalité elle doit être considérée comme une arme préventive ayant pour mission.

 

1er : De maintenir dans un état optimal l'individu en bonne santé. 

2e : Elle doit contribuer au rétablissement d'une personne atteinte d'un trouble d'origine nutritionnelle.

 

 

L'ail est autorisé dans presque tous les régimes.

Il est à contrôler dans les régimes suivant : Régimes sans fibres végétales, sans résidus, contrôlé en glucide, pauvre en potassium et régime acidifiant.

Il est contre indiqué dans les régimes dyspeptiques.



Repost 0
Published by Blasons - dans Mémoire : L'ail
commenter cet article
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 18:23

En usage interne. ( Cet article fut fait pour un mémoire, vous devez consulter un médecin).
 

Ail cru : Une ou deux gousses d'ail cru chaque matin, régénère l'organisme et offre un surplus d'énergie.

 

Système recommandée : Le soir, hacher deux gousses d'ail avec quelques branches de persil et ajouter quelques gouttes d'huile d'olive, le lendemain matin, en faire une tartine pour le petit déjeuner (sur pain de seigle de préférence).

 

L'ail dans la salade et l'alimentation, ce consomme chaque jour au repas du midi et du soir pour lutter contre les maladies et en particulier l’anémie, pour augmenter la vigueur et la force physique.

 

Système recommandable : Peler et écraser six gousses d ails, mélanger à la salade de tomates, concombres, betteraves, laitues ou choux.

 

Pour régularisé la pression artérielle : Peler une gousse d'ail, malaxer ou couper finement en petits morceaux et avaler avec un verre d'eau, une heure avant le petit déjeuner et une heure après le repas du soir. Ce traitement est régulateur de la pression sanguine, le faire durant 20 jours à un mois. Pendant cette période, il est conseillé de ne pas fumer, ni boire de café ou d'alcool et de ne manger aucune viande. Par contre faire des exercices au grand air, manger beaucoup de fruits et de légumes verts. Le résultat est garanti.

 

En teinture : Elle renforce le pouvoir de contraction du muscle cardiaque et provoque un effet vasodilatateur sur les coronaires. Pour les varices et l'artériosclérose prendre 10 à I5 gouttes de teinture d'ail deux fois par jour (maximum 30 gouttes) dans un ½ verre d'eau par cure discontinues de quelques jours.

 

Contre l'inflammation et l'infection des reins : Prendre 20 gouttes par jour dans une tasse d'eau cela procure un effet très énergétique. Pendant ce traitement éviter de consommer de la viande, du piment, du café et des boissons alcoolisées.

 

Alcoolature de bulbe frais : Contre la bronchite chronique, la coqueluche, la grippe, la toux, l'asthme et l'hypertension quelques gouttes par jour sur un morceau de sucre.

 

Infusion : Pour faciliter la digestion, supprimer les fermentations et les gaz intestinaux prendre en infusion légère (5 à 10 g pour un l litre d'eau) en ajoutant un peu de mélisse ou d’angélique. Prendre une tasse après les repas.

 

Décoction : Contre les rétentions d'eau, les œdèmes, prendre en décoction 25 g d'ail pour une tasse deux fois par jour.

 

Suc d'ail : Contre les vers et autres parasites intestinaux faire un suc d'ail avec 20 g d'ail dans 200 gr de lait tiède à prendre jeun.

 

Contre le ténia : Râper les gousses d'une grosse tête d'ail, faire bouillir 20 minutes dans du lait, boire chaque matin à jeun jusqu'à expulsion du ver (ne rien mangé avant midi).

 

Sirop d'ail : Contre la coqueluche, la toux et la santé générale prendre deux ou trois cuillerées de sirop par jour.

 

Poudre d'ail : Se présente sous forme de gélules et possède une action sur la circulation sanguine, prendre deux à cinq gélules par jour en cure de vingt et un jour.

 

 




Repost 0
Published by Blasons - dans Mémoire : L'ail
commenter cet article
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 18:13

L'ail présente une action contre les affections cutanées tel que : l'herpès, l'impétigo.

 

Antiparasitaire, l'ail agit contre la gale, la teigne.

 

Présente une action régénératrice de la peau, contre les plaies, ulcères, otalgies, piqûres de guêpes, insectes et aussi contre les abcès, tumeurs blanches, kystes.

 

Possède une action coricide sur les durillons et verrues.



Repost 0
Published by Blasons - dans Mémoire : L'ail
commenter cet article
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 18:04

L'ail est un aliment alcalinisant tonifiant qui présente une action cardio-vasculaire non négligeable, (influence heureuse sur le rythme et la contractilité cardiaque, vasodilatation coronarienne et des vaisseaux périphériques avec abaissement de la tension artérielle) et une action anti-athéromateuse par son pouvoir hypocholestérolémiant.

 

Il possède une action antiseptique pulmonaire importante avec des propriétés expectorantes.

 

Stimule et régularise de nombreuses fonctions digestives (apéritif, eupeptique, stomachique) avec des actions intestinales, antiseptiques, antiputrides et carminatives, associées en outre à une action vermifuge.

 

Désintoxiquant, il agit sur les effets nocifs de la nicotine du tabac.

 

Présente une action diurétique, aurait quelques vertus aphrodisiaques et augmenterait la production des spermatozoïdes.

 

Possède une action stimulante et antispasmodique sur le système nerveux.

 

Dispose d'intéressantes propriétés hypoglycémiantes.

 

Semble favoriser les réactions intracellulaires d'oxydoréduction et aurait selon certaines recherches une activité anticancéreuse sur l'estomac, le colon et la prostate.

 

REMARQUES : L'ail est contre indiqué dans les syndromes pulmonaires congestifs, chez les femmes qui allaitent et chez les sujets à l'appareil digestif irritable ou atteint de dermatoses.



Repost 0
Published by Blasons - dans Mémoire : L'ail
commenter cet article

Rechercher